Plateau d’impression en G10 / FR4 / Garolite

La Monster Kossel est en évolution continue, que ce soit des tests de nouveaux matériaux ou technologies pour l’impression par filament. Il y a quelques jours, j’ai reçu un colis avec 4 pièces très interéssantes à l’intérieur. J’ai commandé des plateaux d’impression sur mesure découpés dans du FR4.

C’est quoi le FR4? G10? Garolite?

G10, FR4 et Garolite se réfèrent tous à un même type de matériaux, il s’agit d’un mélange de fibre de verre avec de la résine qui est pressée en plaques, sur laquelle on rajoute parfois des épaisseurs de cuivre pour faire des circuits imprimés. Garolite est un nom commercial pour désigner certains types de G10 ou FR4.

Pourquoi s’en servir comme surface d’impression? Pourquoi pas plutôt X?

Les surfaces d’impression 3D sont un peu des recettes d’alchimie, dans le sens où il y a certaines études qui expliquent certaines intéractions entre matériaux, mais aussi beaucoup plus d’essais empiriques qui donnent des résultats interéssants. Lorsque j’ai débuté en 2014 avec ma Mini Kossel, elle venait équipée d’un plateau en verre chauffé. Il s’agissait d’un disque de verre borosilicaté de 3mm d’impression avec un élément de chauffe 12V adhésif qui n’était qu’une trace de cuivre dans du scotch au kapton. Suivant la saison (c’est à dire les changements généraux d’humidité et température ambiante), je devais rajouter une fine couche de PVA sur le verre (un batonnet de colle, ou de la colle blanche diluée à l’eau) pour que l’impression tienne sur le plateau.

Mais les premières imprimantes RepRap utilisaient un bête mirroir couvert de scotch de peintre bleu. Puis lorsqu’ils voulaient tester l’impression en ABS, c’était avec du scotch kapton. Puis le plateau en verre avec PVA avec lequel j’ai commencé. La dernière mode implique des plateaux en tole d’acier recouverte d’une couche de PEI. L’avantage? Le plateau s’enlève et peut se déformer pour décoller la pièce. L’inconvénient? Le PEI colle bien trop fort avec certains matériaux, en particulier le PETG. Puis il y a quelques mois maintenant, l’australien Angus Deveson, de la chaîne Maker’s Muse sur Youtube a publié cette vidéo:

Puis, en Février un suivi avec cette courte séquence:

Pourquoi faire confiance à une vidéo Youtube aléatoire?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je fait confiance à Angus et ses vidéos. La première est qu’il n’est pas n’importe quel bonhomme Australien qui fait des vidéos d’impression 3D. Il sait de quoi il parle, il a fait des études de conception industrielle et a travaillé sur des imprimantes 3D à l’université de technology de Sydney. La deuxième raison que je fait confiance à cette vidéo c’est qu’il n’est pas le premier à suggérer que le G10 serait une bonne surface d’impression! Déjà en 2017 c’était en discussion sur les forums de RepRap.

La communauté en général semble est très enthousiaste de l’utilisation de ce matériau bon marché pour un plateau d’impression. Et oui, c’est très bon marché! Pour une imprimante avec un plateau rectangulaire ou carré, commander la bonne taille de G10 va coûter moins de $20. Pour mon plateau fait sur mesure, c’était évidemment un peu plus à cause de la découpe à la fraiseuse. Mais la pièce sur mesure en FR4 m’a tout de même coûté moins cher à l’unité que la simple plaque de verre borosilicaté de 3mm du même diamètre, ou la plaque alu de 3mm que j’utilisait en dessous pour diffuser la chaleur sur le verre.

A quoi ça ressemble?

Je suis encore en train de finir l’installation, donc ne jugez pas les câbles qui dépassent de partout comme le statut d’un produit fini.

Plateau sur mesure en G10 noir en train d’être installé sur la Monster Kossel

J’ai une commande de roulements à billes qui arrive par courrier prochainement pour améliorer mon arbre téléscopique pour la commande de l’extrudeur. Ce sera l’objet d’un post prochainement. Mais c’est pourquoi je ne peux pas encore dire si les conclusions d’Angus sont justes ou fausse aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.